« Interférences » de Connie Willis

Dans cette société hyper-connectée où chacun veut connaître à tout moment la vie de ses proches en même temps que l’état du monde, le docteur Verrick a mis au point une opération du cerveau qui fait ressentir aux couples les émotions et sentiments du partenaire.

Trent a demandé à Briddey, sa collègue de travail et petite amie, de tenter cette opération avant de se fiancer, pour confirmer leur attachement l’un pour l’autre. Leur employeur développant un téléphone révolutionnaire, l’ambiance est à la fébrilité. Les réunions se multiplient, tout le monde est sur les nerfs, Briddey n’a pas une minute à elle et se trouve toujours sollicitée, soit par ses collègues, soit par sa famille : sœurs, nièce, tante, qui n’hésitent pas à la déranger à longueur de journée, chez elle ou à son bureau.

L’opération se passe bien, mais dès son réveil, alors qu’elle pense recevoir les émotions de son amant, elle perçoit une voix, qui n’est pas celle de Trent mais d’un autre collègue, C. B. Schwartz. Or elle ne devrait pas entendre des voix, ni avoir la possibilité d’y répondre par la pensée, et le cauchemar commence car elle se rend compte qu’elle est devenue télépathe.

Sans compter que Trent la harcèle pour qu’elle communique avec lui, mais sans résultat, et que d’autres voix se mêlent bientôt à celle de son collègue à tel point qu’elle est submergée et ne sait plus comment s’en sortir. Aidé par C.B. Schwartz, pressée par Trent, bousculée à tout instant par sa famille, elle va commencer une quête d’elle-même et de son « pouvoir », qui va la mener à comprendre que ce qu’elle pensait n’était pas tout à fait la réalité.

Comme toujours avec Connie Willis, ses personnages n’ont pas un instant de répit, n’ayant jamais la possibilité de se reposer ou de faire ce qu’ils ont prévu. Le roman est mené à toute allure, un coup de théâtre à chaque fin de chapitre, une citation à chaque début (Shakespeare ou Lewis Caroll entre autres) ce qui entraîne le lecteur dans cette ronde infernale.

Ajoutons que dans le récit, on arrive souvent, en aparté, sur d’autres sujets, comme les comédies musicales ou les chansons et notamment Ode to Billie Joe de Bobby Gentry dont l’auteure décrypte les paroles avec un plaisir évident. Beaucoup d’humour dans cet ouvrage qui, s’il présente quelques longueurs, car certains passages ne font pas avancer l’histoire, est drôle et toujours intéressant.

Chronique de Jean-Pierre ‘931’ Binet 

Nous en pensons

Notre avis

3.8

Comme toujours avec Connie Willis, ses personnages n’ont pas un instant de répit, n’ayant jamais la possibilité de se reposer ou de faire ce qu’ils ont prévu. Le roman est mené à toute allure, un coup de théâtre à chaque fin de chapitre, une citation à chaque début (Shakespeare ou Lewis Caroll entre autres) ce qui entraîne le lecteur dans cette ronde infernale. Beaucoup d’humour dans cet ouvrage qui, s’il présente quelques longueurs, car certains passages ne font pas avancer l’histoire, est drôle et toujours intéressant.

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Avatar
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Ceux des Profondeurs » de Fritz Leiber

Disons-le tout net, ce petit opus pourrait être une sorte d’inédit de Lovecraft, si ce dernier …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.