« Mers Mortes » d’Aurélie Wellenstein

Fichtre ! Mais que voilà une bien sombre histoire pour les éditions Scrineo, destinées aux jeunes adultes. Tant mieux, ceci dit, qu’Aurélie Wellenstein ait pu imaginer ce roman post-apocalyptique.

Dans trop peu d’années, les océans, les mers ont disparu. Seulement, les milliards de victimes de la folie humaine, c’est-à-dire les poissons et les mammifères marins, reviennent plus ou moins régulièrement au cœur de marées fantômes, submergeant tout durant plusieurs heures.

Ces spectres reviennent pour dévorer les esprits des derniers humains, qui survivent, terrés dans des bâtisses ou autres constructions de fortune. Oural est un jeune exorciste. Ses capacités mentales lui permettent d’anticiper l’arrivée des marées et, surtout, de créer une barrière psychique lui permettant de protéger les gens de son clan.

Hélas, cette vie d’angoisse presque tranquille va être pulvérisée par l’arrivée d’une équipe de pirates, menée par Bengale. Cet homme mystérieux veut utiliser les pouvoirs d’Oural à ses fins. Commence alors un voyage épique dont le but échappe totalement au jeune exorciste. Les rencontres vont les confronter à toutes les horreurs dont l’homme est capable.

Sans avoir à user du gore, Aurélie Wellenstein parvient à décrire les souffrances subies par notre planète et par les animaux qui la peuplaient si tranquillement quand les humains s’en sont mêlés. Bien écrit, Mers mortes est un roman qui intrigue et surprend. Si son message écolo ne parvient pas à vous émouvoir, alors c’est à désespérer !

Chronique de Vincent ‘1379’ Delrue 

Nous en pensons

Notre avis

3.6

Sans avoir à user du gore, Aurélie Wellenstein parvient à décrire les souffrances subies par notre planète et par les animaux qui la peuplaient si tranquillement quand les humains s’en sont mêlés. Bien écrit, Mers mortes est un roman qui intrigue et surprend. Si son message écolo ne parvient pas à vous émouvoir, alors c’est à désespérer !

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Avatar
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Le Coffret des abîmes » de Francis Stevens

J’ai déjà plusieurs fois indiqué, dans le magazine PdE, combien il était malheureux que Francis …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.