Accueil » Chroniques de livres » « Llorona on the rocks » de Charlotte Bousquet

« Llorona on the rocks » de Charlotte Bousquet

lloronaontherocks_charlottebousquetAu Mexique, à Ciudad Juarez, une forme féminine translucide et blême glisse sur le sol. Deux cadavres ouverts sur le carrelage, vidés de leurs entrailles. La Llorona est passée. À Gallego, toujours au Mexique, dans un entrepôt vide, aux parois rouillées et où flotte une vague odeur de formol, une femme à la voix tendre et sensuelle donne à un homme un coffret plastifié.

Pendant ce temps, Evelia Vargas rencontre deux individus en noir, des agents fédéraux, dans une prison de l’État de Mexico où elle est enfermée. Eva est une mercenaire, chaman, capable donc de communiquer avec les morts. Les agents lui confient l’enquête sur les meurtres sanglants qui aboutissent sûrement à un trafic d’organes, mais où une photo montre une femme en blanc, la Llorona. Evelia connaît bien le monde cauchemardesque où évoluent les narcotrafiquants, les meurtriers, les violeurs, les maquereaux et les esclavagistes qu’elle combat depuis longtemps. C’est une belle femme, elle a le cœur tendre et tombe souvent amoureuse ; elle porte aussi sur elle un garrot, des Glocks 7 à canon court et des dagues d’obsidienne contre les mauvais esprits. Et n’a aucun doute sur la laideur du monde dans lequel elle opère. Elle connaît bien la Llorona et son histoire et sait faire la différence entre la meurtrière et la déesse.

À Mexico, Artemio Trejo, dit Najaras, a lui aussi une mission, qu’il n’a acceptée que parce que la vie de Manito, son frère, est en jeu : trouver Evelia et l’éliminer de manière discrète, mais seulement quand elle aura terminé son enquête. Face à Evelia, Artemio tombera sous son charme. Elle est forte, elle a de la classe, elle n’a peur de rien : il est séduit comme il la séduit.

L’enquête d’Evelia, ne se passe pas facilement, entre la loi du silence et les superstitions locales. Mais, impitoyable, elle avance. Sur sa moto, elle retrouve sa sœur, une maquerelle, de pauvres filles de Ciudad Juarez, des narcos, des cadavres éviscérés, la ou plutôt les Llorona… La Llorona est multiple dans cette affaire. Elle est liée aux trafiquants et elle utilise son pouvoir pour manipuler des malheureuses – dont Evelia. Sauf que celle-ci n’est pas dupe. Son instinct de survie et sa prévoyance lui permettront d’achever son enquête – dans la douleur.

C’est un texte sans concession, qui ne tombe jamais dans l’excès ou dans des descriptions voyeuristes malsaines, que nous offre Charlotte Bousquet avec Llorona on the rocks. Ce thriller palpitant irrigué de fantastique est très réussi. L’action est bien dosée, haletante la plupart du temps, tout en laissant le lecteur suffisamment troublé pour qu’il ne sache jamais vraiment bien, jusqu’à la fin, comment le mystère sera éclairci.

On retrouve ici une ancienne légende mexicaine, le fil conducteur de ce roman sensible et dur. La violence qui se déchaîne dans le roman est mêlée de lumière et d’une certaine beauté. Le personnage principal puise sa force dans l’éclat et la souffrance de Frida Kahlo à laquelle on trouve plusieurs références dans le roman. Cette souffrance dénoncée également par la peur que subissent les femmes susceptibles d’être victimes de meurtres gratuits : les féminicides. C’est un texte qui met mal à l’aise, qui montre la cruauté des hommes, l’abus de leur force et de leur puissance. La situation de ces femmes (et gamines) qui se prostituent, qui disparaissent, sont assassinées, puis pleurées par leurs familles et dont des centaines de photos sont accrochées sur des murs, suscite un sentiment de révolte. C’est violent et c’est la réalité. On pourrait être gêné que l’auteur ait choisi de mélanger des phrases en espagnol au texte, mais pour ma part j’ai vraiment été immergée dans ce monde latino, aux portes des États-Unis.

Petit bonus en fin de volume pour le lecteur : un glossaire très instructif, deux articles intéressants, l’un sur les féminicides de Ciudad Juarez, l’autre sur Frida Kahlo, et également la playlist de l’ouvrage plus quelques recettes de boissons. Une idée originale et très sympathique, tout comme ce roman qui ne laisse vraiment pas indifférent.

 

ÉditeurArgemmios
AuteurCharlotte Bousquet
Pages246
Prix18€

Nous en pensons ...

Notre avis

4.0

C’est violent et c’est la réalité. On pourrait être gêné que l’auteur ait choisi de mélanger des phrases en espagnol au texte, mais pour ma part j’ai vraiment été immergée dans ce monde latino, aux portes des États-Unis. [...] Une idée originale et très sympathique, tout comme ce roman qui ne laisse vraiment pas indifférent.

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« La Clef de Pandémonium » de Florent Balodis Delattre

Gilles-Jonathan Prosper, dit Johnny, guide de survie en forêt pour les touristes, pensait passer un bon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.