Accueil » Chroniques de livres » « Le seigneur des mensonges » de David Zindell

« Le seigneur des mensonges » de David Zindell

Le seigneur des mensonges de David ZindellAprès nous avoir entraîné dans un space opera mythique avec la série qui comprend Inexistence, Daulo et Le Dieu brisé, parus aux éditions Florent Massot, et deux autres titres non traduits à ma connaissance, The Wild et The War in heaven, David Zundell nous plonge dans une saga héroïque, la Saga d’EA. Cette aventure a commencé avec Le Neuvième Royaume et L’Épée d’argent et nous présente une époque sombre de chaos, de guerres et de suspicions. Dans cette saga, Morjin, l’ange déchu est à la recherche de la Pierre de lumière qui permettrait de libérer le Seigneur des mensonges, l’« ange noir » emprisonné depuis un million d’années. Contre lui, un champion est né, Valashu, le septième fils du roi de Mesh, petit royaume montagnard au passé glorieux, mais affaibli par d’incessantes querelles avec ses voisins. Entraîné par un destin implacable, Valashu est obligé à entreprendre un voyage pour chercher la gelstei d’or, la Pierre de lumière dans tout EA. Après le rythme haletant de l’Épée d’argent, voici l’objet de sa recherche enfin de retour dans le monde des hommes. Mais maintenant que la relique a été trouvée, la difficulté est de déterminer qui aura le mérite de la détenir. Comment l’utiliser contre les forces du mal ? Comment améliorer le sort des peuples et surtout qui en a le pouvoir ?

Dans tout EA, on parle du seigneur de lumière, le Maîtreya. Des candidats se présentent pour revendiquer ce titre. Valashu est dans la confusion la plus totale malgré les affirmations de Maître Juwain. Grâce aux prédictions de Kasandra la prophétesse qui lui indique qu’il trouvera la réponse dans l’endroit le plus sombre, il repart sur les routes d’EA non sans essayer de convaincre tous les valaris de s’unir et de partir au conclave de Tria, pendant que lui ira à la recherche du cristal akashic qui renferme tout le savoir et souvenirs des âges anciens. Il sera accompagné par Maram, maître Juwain, Atora celle qu’il chérit et Estrella la petite rescapée du massacre perpétré par les prêtres kallimuns. Dans les deux derniers tiers du roman, l’action supplante les intrigues avec la traversée du pays des ombrageux Sarnis, les plaines Vallonnées du Wendmush, pour rejoindre l’île où se trouverait la pierre des souvenirs anciens. Pour l’instant, ce cycle tient toutes ses promesses, l’auteur nous entraîne de rebondissement en rebondissement pour nous tenir en haleine et « souffrir » avec ses personnages ; entre tendresse et horreur, suivre les pas de Valashu Elahad s’avère toujours aussi intéressant et distrayant.
Le Cycle d’EA comporte huit volumes en version française qui correspondent aux quatre premiers de la version originale (un cinquième est paru en 2007). Les éditions Fleuve noir étirent les versions originales sans tenir compte de ce qu’en divisant un livre en deux volumes, la fin du Seigneur des mensonges s’en ressent, elle ne débouche sur rien et le lecteur se retrouve complètement frustré. Cette pratique de certaines sociétés devrait être sanctionnée, et en plus il faut attendre plusieurs mois pour avoir la suite.

 

Chronique de Denis ‘1424’ Belloy

ÉditeurFleuve Noir
AuteurDavid Zindell
Pages 334
Prix22€

Nous en pensons ...

Notre avis

3.5

Ce cycle tient toutes ses promesses, l’auteur nous entraîne de rebondissement en rebondissement

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.