Accueil » Chroniques de livres » « Le Royaume Unique » de Sean Russell

« Le Royaume Unique » de Sean Russell

Il y a un siècle, le vieux roi du pays d’Ayr est mort sans désigner son successeur. Depuis lors, deux familles nobles, les Renné et les Wills, se disputent la légitimité du trône et s’affrontent sans trêve. Aujourd’hui le Royaume Unique est fragmenté, exsangue, ravagé par des décennies de guerre et de chaos. Voilà posé le cadre dans lequel vont évoluer nos héros, trois jeunes gens en quête d’aventure, Tam, Fynnol et Baore.

La petite équipe s’apprête à descendre la rivière Wynnd, dans l’espoir de revendre quelques reliques déterrées d’un ancien champ de bataille. Dès le premier soir passé hors de leur village, ils rencontrent un étrange et sympathique voyageur, Alaan, et leur destin bascule. Dans la nuit, des hommes d’armes inconnus tentent de les assassiner et, Alaan trouve la mort en protégeant leur fuite. L’expédition des trois amis les entraîne alors de plus en plus loin sur la rivière, de plus en plus loin de leur passé et de leurs repères.

Le parallèle avec le cycle de La Roue du Temps de Robert Jordan est assez saisissant au premier abord : Le groupe des trois jeunes héros, Tam, Fynnol et Baore, ressemble fort à celui formé par Rand, Mat et Perrin au début de la saga de Jordan. Tam et Rand sont tous deux les meilleurs archers du coin (et leur ascendance n’est pas celle qu’on croit), Fynnol et Mat sont tous deux rusés et beaux parleurs, Baore et Perrin sont tous deux costauds (l’un charpentier, l’autre forgeron) et lents à la colère. On trouve même des deux côtés un mystérieux peuple itinérant, les “ Tinkers ” chez Jordan et les “ Fáels ” ou vagabonds noirs chez Russell, vivant dans des roulottes au gré des chemins. Dans les deux cas, les héros viennent d’une région rurale et relativement isolée, ici le “ Val des Lacs ”, et là les “ Deux Rivières ”.

Ces similitudes, ainsi que le contexte assez classique du livre, peuvent pousser le lecteur à se dire que tout cela manque d’originalité. En fait, c’est un peu ce que je pensais au début, mais je n’ai pas décroché, car cette histoire est très bien écrite ! Les psychologies des personnages sont profondes et, loin d’être monolithiques elles évoluent avec le fil des événements, les descriptions sont évocatrices et l’auteur construit par petites touches un monde riche de sensations, où les choses sont suggérées plutôt que martelées. L’illustration de couverture est superbe, ce qui ne gâche rien.

Bien sûr, il est difficile de porter un jugement définitif puisqu’il s’agit du premier tome d’une série de six, mais la première impression est bonne. De nombreuses graines ont été semées dans ce volume : les mystérieux Chevaliers du Serment, qu’on croyait disparus et, qui ressortent de l’ombre ; un adversaire ancien, présumé mort mais qui revient sous un autre nom, etc. Des personnages secondaires intéressants ont été introduits, comme le seigneur Carral, aveugle et sans réel pouvoir, un musicien qui parle aux fantômes. Il se sait dépassé par les manœuvres politiques de son frère ambitieux, mais il se bat pour le salut de sa fille Elise, héritière convoitée des Wills.

Enfin, la magie est présente de manière subtile dans ce premier tome : l’environnement lui-même est imprégné de magie, la rivière Wynnd peut vous perdre dans des méandres inconnus que personne ne retrouvera jamais, un sorcier saura vous guider sur des chemins oubliés, les quêteurs d’histoires savent entendre les résonances du passé dans un lieu. Et les fantômes peuplent les rêves…

 

Chronique de David ‘1098’ Monchaux

ÉditeurMnémos
AuteurSean Russell
Pages 347
Prix20,50€

Nous en pensons ...

Notre avis

4.0

Les psychologies des personnages sont profondes et, loin d'être monolithiques elles évoluent avec le fil des événements

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.