« Le guide Howard » de Patrice Louinet

Au sommaire de ce Guide Howard, on trouve : Remerciements, Introduction
I- Dix idées reçues sur Howard. Pour être franc, ce n’est pas ma partie préférée de ce guide. Certes, il y a des renseignements intéressants, des mises en perspective tout à fait salutaires, mais j’ai eu l’impression en lisant cette partie que certaines « idées reçues » avaient été inventées, juste pour remplir le quota. Bien sûr, je sais que c’est faux, mais c’est le ressenti que j’ai eu en la lisant.

II – Les vingt nouvelles qu’il faut avoir lues (et pourquoi). Véritable guide de lecture d’une cinquantaine de pages, où Patrice Louinet chronique avec un enthousiasme non feint les vingt nouvelles qu’il considère comme les meilleures de l’auteur texan. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça donne franchement envie de tout plaquer pour se plonger dans leur lecture. Un point cocasse à signaler quand même : à deux exceptions près (dont une à propos d’une nouvelle inédite), les nouvelles de Robert E. Howard proposées ici par Patrice Louinet sont toutes disponibles avec une traduction signée… Patrice Louinet ! On est le grand spécialiste de Howard, ou on ne l’est pas.

III – Biographie : écrire une biographie n’est pas forcément un exercice aisé, surtout si l’on veut qu’elle soit réussie. Ici, l’auteur s’en sort haut la main en moins de trente pages très éclairantes sur la vie d’un immense écrivain, dont beaucoup (comme moi) ne connaissaient que les mensonges qu’avait propagés un certain Lyon Sprague de Camp (d’ailleurs, Louinet ne cache pas sa détestation pour ce dernier, qu’il a rencontré il y a quelques années). Une réussite !

IV – Vingt autres textes qui méritent aussi votre attention. Comme son nom l’indique, cette nouvelle partie passe en revue vingt autres textes de Howard qui valent le coup d’être lus. Mais cette fois-ci, une trentaine de pages suffisent. Là encore, ça donne envie de lire du Howard. Étonnant?

V – Quelques mots laconiques sur dix autres textes. En deux pages et demie (!), l’auteur nous dit pourquoi dix textes peuvent retenir l’attention du lecteur. Certes, c’est laconique, mais ça donne tout de même grandement envie.

VI – Conan, le vrai et les imitations. Conan est très certainement le « héros » le plus connu de Robert E. Howard, et de loin. Patrice Louinet tente de recadrer le vrai et le faux sur ce qui a été dit sur le Cimmérien. Pour ma part, j’ai trouvé très intéressant le tableau (dans une sous-partie intitulée « Conan et les femmes » – tout un programme !) retraçant de façon synthétique les 21 aventures de Conan. Oui, REH n’a écrit que 21 nouvelles mettant en scène Conan.

VII – Sur Howard : en sept points et une quinzaine de pages, Patrice Louinet remet en perspective ce qu’a été Robert E. Howard et, surtout, ce qu’il n’a pas été. Encore une fois, une partie très éclairante sur l’auteur texan.

VIII – Les adaptations : là encore en sept points (pour 20 pages cette fois), Patrice Louinet retrace les tentatives plus ou moins heureuses de REH sur grand et petit écran (et même en jeu). Le premier point, laconique, où tout est dit :« Il n’existe à ce jour aucune adaptation d’un texte de Howard au cinéma. »

IX – Autour de Howard Howard et Tolkien : quelques dates des deux auteurs montrent un étrange parallélisme. Howard et Frazetta : comment l’un des plus grands illustrateurs du monde a su populariser REH. Lyon Sprague de Camp : le plus grand hold-up littéraire du siècle ! Glenn Lord : le gardien du temple.

X – Cher M. Lovecraft. Quelques extraits des échanges épistolaires entre le Texan et « le reclus de Providence », du moins vu du côté de Howard. Ou comment ce dernier, l’expérience venant, a su se démarquer de son grand ancien.

XI – Lire sur Howard. Quelques lectures complémentaires autour de REH, malheureusement toutes en V.O., à l’exception d’un fanzine français datant de 25 ans, composé de deux numéros tirés à 150 et 120 exemplaires (sic !)

Conclusion : cette conclusion d’une demi-page a été pour moi très décevante, car je ne l’ai pas trouvée à la hauteur du reste de l’ouvrage. 

Ma propre conclusion : au niveau de la forme, ce guide est très bien fait. Le seul petit bémol à ce niveau là, c’est le fait que le livre (au format poche) ne s’ouvre pas bien, ce qui gêne la lecture. Rien de rédhibitoire là-dedans, bien sûr. Sous une couverture splendide reprenant la photo la plus fameuse de Robert E. Howard, Patrice Louinet nous propose un guide qui se déguste par petites bouchées. Il y déploie une érudition assez remarquable qu’on dévore avec passion. Bref, un guide que je conseille à tous ceux qui veulent découvrir Robert E. Howard, mais aussi à ceux qui le connaissent déjà, ou croyaient le connaître.

Chronique d’Antoine « 1589 » Chalet

Nous en pensons

Notre avis

3,5

Sous une couverture splendide reprenant la photo la plus fameuse de Robert E. Howard, Patrice Louinet nous propose un guide qui se déguste par petites bouchées. Il y déploie une érudition assez remarquable qu’on dévore avec passion. Bref, un guide que je conseille à tous ceux qui veulent découvrir Robert E. Howard, mais aussi à ceux qui le connaissent déjà, ou croyaient le connaître.

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Les loups chantants » d’Aurélie Wellenstein

Dans un univers de neige où les vents s’acharnent autant que les loups sur les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.