« 2084 – La fin du monde » de Boualem Sansal

En ouverture, l’auteur nous avertit ironiquement que cette histoire est purement imaginaire et « se déroule dans un futur lointain et un univers lointain qui ne ressemble en rien au nôtre ». Un monde inventé, précise-t-il, sur le modèle du célèbre 1984 d’Orwell. Bienvenue en Abistan, immense empire, maître de toute une planète (ou presque), conquise à l’issue d’une ultime « guerre sainte ». Ici, ce n’est pas Big Brother qui règne.

Nous sommes dans une théocratie créée par Abi, prophète délégué du Dieu unique Yöla. Au nom d’Abi, la Juste Fraternité  impose des règles strictes à toute la population. La foi, la patience, la soumission et l’obéissance font le bon croyant, lequel accomplit ses tâches quotidiennes entrecoupées de prières répétitives en attendant d’être reconnu digne de participer à un pèlerinage aux Lieux Saints. Malheur à celui qui est reconnu coupable de mécréance ! Lui et sa famille sont exécutés au plus vite en présence d’un public fanatisé. C’est par les yeux d’Ati que nous découvrons peu à peu ce monde cauchemardesque. Pendant un séjour dans un lointain sana, puis son voyage de retour vers la capitale, le doute s’installe peu à peu en lui. Pourquoi des caravanes disparaissent-elles au-delà d’une frontière ? Que signifie ce mot ? Que peut-il y avoir en dehors de l’Abistan qui est censé s’étendre au monde entier ? Et quelle est cette civilisation disparue dont un certain Nas a trouvé des vestiges ?

Ati en vient à s’interroger sur le bien et le mal, ainsi que sur les fondements du Système dont son peuple est prisonnier : la peur entretenue par des séances périodiques d’autocritique, l’usage de l’abilang, langage qui empêche toute réflexion, et l’oubli de l’histoire passée – au point que plus personne ne connaît le sens de la date 2084 qui a pourtant joué un rôle important. Toute révolte semble impossible. Pourtant, avec l’aide de son ami Koa, Ati continue de chercher les réponses à ses questions. Leur quête débouchera sur des découvertes surprenantes…

Tout au long de ce récit, l’auteur mêle avec brio le registre du rire et de l’inquiétude. Il nous fait partager les sentiments de ses héros et rend crédible le monde où ils évoluent. D’autant plus que l’actualité récente donne à cette fiction des allures prophétiques. Sous le masque romanesque, c’est avec une logique scientifique que l’auteur démonte les rouages du totalitarisme religieux – tout en créant une véritable connivence avec son lecteur et en le laissant libre d’imaginer vers quel avenir ira l’Abistan.

À un journaliste qui demandait à B. Sansal pourquoi dénoncer une dictature religieuse mondialisée sous forme d’un roman d’anticipation, l’auteur a répondu « C’est un genre littéraire très puissant qui permet de dire et de montrer beaucoup plus que la fiction simplement inscrite dans le réel présent… Je raconte une histoire qui, au demeurant, est en train de devenir vraie sous nos yeux. »

Chronique de Marie Renée Lestoquoy

 

Nous en pensons ...

Notre avis

4.1

Tout au long de ce récit, l’auteur mêle avec brio le registre du rire et de l’inquiétude. Il nous fait partager les sentiments de ses héros et rend crédible le monde où ils évoluent. D’autant plus que l’actualité récente donne à cette fiction des allures prophétiques. Sous le masque romanesque, c’est avec une logique scientifique que l’auteur démonte les rouages du totalitarisme religieux – tout en créant une véritable connivence avec son lecteur et en le laissant libre d’imaginer vers quel avenir ira l’Abistan.

User Rating: Be the first one !

A propos de Mourad

Mourad
Participe au comité de lecture d'AOC (qui a dit pas régulièrement ?) et donne des coups de main sur le site ou sur tout un tas d'autres sujets (qui a dit c'est trop vague ?).

Consulter aussi...

« Sous le soleil de cendres » de Claire et Robert Belmas

23e siècle. Des années de guerres et de catastrophes climatiques ont décimé l’humanité. Dans ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.