« Underground Airlines » de Ben H. Winters

De nos jours. Quatre États du Sud des États-Unis n’ont pas aboli l’esclavage et l’enfer y règne. Au Nord, grâce à l’Underground Airlines, des groupes tentent de venir en aide aux esclaves fugitifs et de les faire passer au Canada. Pour cela, il faut qu’ils échappent aux chasseurs d’âmes comme Victor, ancien esclave lui-même…

Underground Airlines se sert de l’uchronie pour explorer une Amérique finalement pas si étrangère… Originaire du Maryland, l’auteur parle de son pays avec des accents qui font froid dans le dos. L’écriture est sèche, presque âpre, autant que son sujet ! Elle ne s’embarrasse pas de fioritures pour coller au plus près à ses personnages, suivant une intrigue parfaitement maîtrisée, qui s’apparente au rythme d’un thriller.

Ben H. Winters choisit de s’attacher à Victor, oscillant entre bien et mal, entre bons et mauvais choix, entre humanité et monstruosité. Victor est un héros fort, complexe, qui se dévoile petit à petit, que le lecteur a tour à tour envie de plaindre ou de frapper, dont on a des difficultés à savoir s’il se situe du côté des gentils ou des salauds – ce qui est d’ailleurs également le cas d’autres personnages.

Le point de vue est parfaitement subjectif et immerge le lecteur dans cette histoire, sans lui laisser le temps de souffler. On assiste impuissant et révolté à ces scènes d’horreur dont est capable l’être humain, des scènes rendues plus réalistes encore par le style qui énonce les faits, simplement, brutalement.

Et bien qu’il s’agisse d’une uchronie, on ne peut s’empêcher de voir les parallèles avec le monde actuel, la manière dont sont traités les Afro-Américains aux USA, et même les ouvriers/employés dans nombre de grandes entreprises. Le sort de ces esclaves fait écho au sort des esclaves (ou presque) d’aujourd’hui, en Asie en particulier.

Ben H. Winters montre avec brio comment le système capitaliste en vigueur de nos jours peut parfaitement s’accommoder de ces horreurs. Un livre violent, dérangeant, mais nécessaire !

Chronique de Sylvie ‘822’ Gagnère

Nous en pensons

Notre avis

4.0

Originaire du Maryland, l’auteur parle de son pays avec des accents qui font froid dans le dos. L’écriture est sèche, presque âpre, autant que son sujet ! Elle ne s’embarrasse pas de fioritures pour coller au plus près à ses personnages, suivant une intrigue parfaitement maîtrisée, qui s’apparente au rythme d’un thriller. Ben H. Winters montre avec brio comment le système capitaliste en vigueur de nos jours peut parfaitement s’accommoder de ces horreurs. Un livre violent, dérangeant, mais nécessaire !

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Toxic saison 1, volumes 1 et 2 » de Stéphane Desienne

Imaginez un monde entièrement dominé par les zombies, jusque-là pas de problème  ! Mais ajoutez …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.