Un secret de famille de Charles Stross

Un secret de famille de Charles StrossIl vaut mieux avoir lu le tome précédent pour lire cette suite. Résumons : Myriam, trentenaire journaliste découvre par hasard dans une vieille boîte de chaussure un drôle de talisman. Quand elle l’examine, elle se retrouve projetée dans un monde parallèle au nôtre. La géographie est la même mais l’Histoire ne s’est pas déroulée de la même façon. Dans cet autre Terre c’est encore le Moyen-âge, sauf pour les familles du Clan, auquel l’héroïne appartient sans le savoir. Cette aristocratie vit du trafic entre les deux mondes. L’irruption de Miriam va déclencher des rivalités et des conflits d’héritage assez compliqués.

Dans ce deuxième volet, Myriam se rend compte que, parmi ceux qui veulent la tuer, certains viennent d’un troisième monde, celui-là est du genre steampunk, coincé dans une technologie du charbon et des dirigeables, l’électricité arrive à peine.
Avec l’aide de deux amies (quoique…) venues du monde moyenâgeux, d’une troisième restée sur la Terre qu’on connaît, de sa mère adoptive qui semble en savoir plus que ce qu’elle prétend, de son bel amant Roland, de son oncle, le chef de la sécurité du Clan, et de bien d’autres personnages, Myriam va encore une fois essayer de déjouer les pièges, d’éviter les manipulations et de savoir la vérité sur ses vrais faux amis, comme dans le volume précédent. En plus, elle va essayer de monter une affaire, un commerce, qui ne sera pas un trafic mais un échange d’idées d’un monde à l’autre. C’est une sorte de révolutionnaire capitaliste, un concept moderne.
La lecture est facile et plaisante, avec de l’humour et beaucoup de finesse dans la psychologie de l’héroïne. Par contre il ne se passe finalement pas grand-chose de différent par rapport au premier volume. Comme dans le précédent on a droit à des cours d’économie sur la valeur ajoutée et l’intérêt des échanges commerciaux pour faire progresser le niveau de vie. Cela reste léger et lisible. Mais, au bout du compte, on se demande l’intérêt d’écrire 300 pages de plus pour décrire ce même univers, même s’il faut maintenant jongler entre trois mondes.
En espérant que le troisième (et dernier ?) tome apportera quelque chose de nouveau dans cette histoire, certes plaisante à lire, mais qui traine en longueur.

 

Chronique de Hervé ‘1435’ Thiellement

Éditeur Robert Laffont
Auteur Charles Stross
Pages  344
Prix 22€

Nous en pensons ...

Notre avis

2.9

La lecture est facile et plaisante, avec de l’humour et beaucoup de finesse dans la psychologie de l’héroïne.

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

« Encore faut-il rester vivants » d’Anne Ferrier

L’apocalypse n’est pas pour demain, elle vient d’avoir lieu ! C’est le postulat de départ …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.