« L’abîme au-delà des rêves » de Peter F Hamilton

Le récit de cet ouvrage se situe au sein d’un univers déjà décliné par l’auteur dans d’autres séries, notamment la Trilogie du vide. On retrouve, des années plus tard, le Vide qui reste une menace pour les mondes habités qu’il risque d’engloutir, mais dont personne n’a réussi à percer le mystère. Pour les lecteurs n’ayant pas eu connaissance des volumes précédents, les premiers chapitres vont être un peu perturbants, car le repérage sur la trame historique n’est pas évident. Heureusement, la capacité de l’auteur à raconter et le scénario finement ciselé des événements permettent progressivement de s’y retrouver.

À noter en préface une chronologie datée qui va de 1 000 000 av. J.-C. jusqu’au moment du récit, calant le texte dans le temps, une liste des personnages avec leur fonction dans le roman et pour finir une carte géographique de la planète Bienvenido, concernée par les événements. Mais revenons à l’histoire. Nigel Sheldon, créateur de la société du Commonwealth, le Parlement des mondes qui régit les systèmes stellaires unis, se rend compte qu’au sein du Vide, une planète existe. Après quelques préparatifs, il réussit à s’y rendre et découvre que ses habitants sont les descendants des survivants des vaisseaux colons ayant traversé l’espace pour fonder une nouvelle civilisation et ayant disparu des siècles plus tôt.

Sur Bienvenido, le Vide rend les choses un peu différentes, les autochtones peuvent utiliser une sorte de télépathie pour communiquer, aucune source électrique ne semble fonctionner et surtout il y a les fallers. Les fallers sont des prédateurs télépathes qui ont la possibilité de se métamorphoser afin d’attirer les humains et de les dévorer. Beaucoup de personnages différents dans ce gros volume de plus de 600 pages, du capitaine Slvasta, traquant les fallers, de Bethaneve, rebelle et révoltée contre un gouvernement de privilégiés, de Kysandra découvrant un monde qu’elle ignorait, aux robots de différentes formes (mod-singe, mod-chien…) aidant les humains dans leurs tâches quotidiennes.

L’auteur crée un monde vivant et crédible où il promène son lecteur tout en préparant les actions de ses personnages. Un récit d’une écriture vive, des termes inventés originaux, une histoire toute en suspens et révélations progressives qui met en place les pièces du puzzle jusqu’au dénouement. Un livre qui rassure sur le devenir de la science-fiction à l’ancienne, celle qui explore les grands espaces interstellaires, peut-être un peu moins présente ces dernières années où domine plutôt la Fantasy. En tous les cas, un livre plaisant à lire, attachant et plein de surprises.

Chronique de Jean-Pierre « 931 » Binet

Nous en pensons

Notre avis

3,9

Un livre qui rassure sur le devenir de la science-fiction à l’ancienne, celle qui explore les grands espaces interstellaires, peut-être un peu moins présente ces dernières années où domine plutôt la Fantasy. En tous les cas, un livre plaisant à lire, attachant et plein de surprises.

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Les compagnons de l’ombre tome 21 » anthologie

Jason Scott Aiken ouvre cette anthologie avec Galazi dans la ville enchantée, une aventure faisant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.