« La Controverse de Zara XXIII » de John Scalzi

Les produits bruts ont quasiment disparu sur Terre, il est donc de bon ton d’aller se servir sur les exoplanètes. La compagnie minière Zarathoustra est la major dans son domaine.

Son organisation est parfaite  : des prospecteurs indépendants prennent les risques et elle récolte les bénéfices. Évidemment, les choses se sont un peu compliquées depuis qu’il existe des directives de respect de la biodiversité, mais les juristes sont là pour interpréter dans le bon sens les quelques lois qui voudraient s’appliquer.

Jack Holloway est l’un de ces prospecteurs indépendants  ; ancien avocat rayé du barreau, un rien misogyne, un poil misanthrope, carrément égoïste et vénal, il ne brille pas par son application des règles, la preuve, il a dressé son chien, Carl, à provoquer les explosions qui servent à mettre au jour les filons.

Et de filon, il en tient un ! Il découvre un fabuleux gisement, celui qui assurera son avenir et sa fortune. Toutefois, ce même jour, l’alarme de son domicile se déclenche : un intrus s’est faufilé chez lui. Et l’intrus, c’est… une boule de poils pleine de mignonnitude, espiègle et câline, bientôt accompagnée d’autres adorables boules de poils, que Jack a vite fait d’appeler les « Toudous ».

Ils ressemblent à un chat bipède, et se révèlent capables d’apprentissage. Se pose alors un problème majeur  : sont-ils doués de conscience  ? Si oui, la compagnie Zarathoustra devra cesser toute exploitation de la planète et plier bagage, renonçant ainsi à des profits avec plein de zéros. Les bestioles ont du souci à se faire ! La bataille va faire rage dans les prétoires.

La construction façon puzzle où tout prend sens à la fin en s’imbriquant parfaitement, le rythme soutenu, que l’on soit dans des scènes d’action ou dans la salle feutrée du tribunal, une planète que l’on se représente très bien, des dialogues ciselés, tout concourt au plaisir de lecture ! Bien sûr, le bouquin assume sa référence à la Controverse de Valladolid, qui visait à déterminer si les Amérindiens avaient une âme (c’està-dire étaient des êtres humains).

Comme à l’époque, les enjeux sont avant tout économiques, et l’auteur dénonce avec force la mainmise de grandes compagnies sur la société tout entière et les ravages du libéralisme à tout crin, qui ne recule devant aucune corruption, aucune destruction pour servir ses intérêts.

Mais il parle aussi d’écologie, de respect, d’éthique et d’altérité. Jack Holloway est un personnage très soigné, ambigu et complexe, un individualiste tendance anar dont les motivations semblent très claires en début de récit, mais deviennent de plus en plus floues, au fil de rebondissements incessants et de manipulations de chacun des camps, toutes plus retorses les unes que les autres.

C’est d’ailleurs l’une des grandes qualités du roman, des personnages subtils, qui peuvent apparaître comme « bons » ou « mauvais », mais dont les décisions ne sont pas toujours celles que l’on attend d’eux. La Controverse de Zara XXIII est un bouquin d’aventures, une fable humaniste drôle, pleine de verve et de retournements de situation, appuyée par une belle imagination. C’est aussi un vibrant plaidoyer pour le respect de l’autre, aux accents anars, servi par une écriture impeccable, des dialogues incisifs et des personnages attachants. À conseiller sans modération !

Chronique de Sylvie ‘822’ Gagnère

Nous en pensons

Notre avis

4.2

La construction façon puzzle où tout prend sens à la fin en s’imbriquant parfaitement, le rythme soutenu, que l’on soit dans des scènes d’action ou dans la salle feutrée du tribunal, une planète que l’on se représente très bien, des dialogues ciselés, tout concourt au plaisir de lecture. La Controverse de Zara XXIII est un bouquin d’aventures, une fable humaniste drôle, pleine de verve et de retournements de situation, appuyée par une belle imagination. C’est aussi un vibrant plaidoyer pour le respect de l’autre, aux accents anars, servi par une écriture impeccable, des dialogues incisifs et des personnages attachants. À conseiller sans modération !

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Boudicca » de Jean-Laurent Del Socorro

Après le prometteur Royaume de vent et de colères (prix Elbakin 2015), on attendait Jean-Laurent …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.