« Hors de Caspak » d’Edgar Rice Burroughs

La plume aventureuse d’Edgar Rice Burroughs continue de briller dans la littérature fantastique. Les Éditions PRNG poursuivent leur réédition des textes « hors Tarzan ». Après Pellucidar, Au cœur de la Terre, voici donc un continent inconnu, oublié des hommes et du temps : Caspak.

Comme à son habitude, Burroughs nous entraîne dans la narration de ses aventures improbables par la découverte d’un carnet de bord aux abords du Groenland. Dans cette nouvelle édition, le cycle caspakien est composé de trois nouvelles : deux dans le premier tome et une dans le second.

Revenant à la première nouvelle (voir Caspak monde oublié), La terre que le temps avait oubliée, Burroughs nous fait suivre les aventures de Bradley et de ses quatre hommes, qui avaient quitté Bowen Tyler pour explorer Caspak.

Voilà que l’horreur s’abat immédiatement sur eux sous la forme d’une silhouette ailée blafarde, que Tippet dénomme la Dame Blanche, annonciatrice de mort. Et en effet, la mort va s’acharner sur la petite troupe, jusqu’à ce qu’une nuit, Bradley lui-même soit enlevé par ce qui s’avère être des hommes-volants.

Alors que ses compagnons le croient mort, il va vivre de ces aventures dont Burroughs a le secret, se trouvant heureusement bien vite, lui aussi, une sauvageonne qui le fera évoluer vers une maturité de bon aloi.

Pleines de bruits et de fureur, de rebondissements, d’un soupçon de colonialisme vite gommé par une bonne volonté évidente de mettre plus en avant les capacités des femmes, tant modernes qu’antiques, ces nouvelles du cycle de « Caspak » font partie de ces plaisirs de lecture qu’il serait bien bête de négliger.

Chronique de Vincent ‘1379’ Delrue

Nous en pensons

Notre avis

3.4

Pleines de bruits et de fureur, de rebondissements, d’un soupçon de colonialisme vite gommé par une bonne volonté évidente de mettre plus en avant les capacités des femmes, tant modernes qu’antiques, ces nouvelles du cycle de « Caspak » font partie de ces plaisirs de lecture qu’il serait bien bête de négliger.

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Theodore Sturgeon, le plus qu’auteur » Collectif sous la direction de Florence Dolisi

2018 est l’année du centenaire de la naissance de Theodore Sturgeon, un formidable novelliste, plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.