Accueil » Chroniques de livres » Un Monde sans fin de Sean Russell

Un Monde sans fin de Sean Russell

Un Monde sans fin de Sean RusselTristam Flattery, jeune naturaliste de talent, est convoqué au palais du roi de Farreterre afin de redonner vigueur à une plante mystérieuse et sacrée, aux pouvoirs étranges, la foliée royale, dont les graines sont capables de guérir le vieux roi malade.

Mais à peine arrivé, les intrigues de la cour et les événements se précipitent autour de notre protagoniste qui n’y comprend rien. Il rencontre la duchesse de Morland, énigmatique et attirante favorite du roi, puis d’autres personnages bizarres ou inquiétants.
Il est ballotté entre les uns et les autres, apprend la mort de son vieux professeur, qui lui lègue ses manuscrits et des lettres mystérieuses, concernant la foliée royale.
Ne pouvant rien faire pour cette pauvre plante, il revient chez lui, pas longtemps car il est invité à un voyage en bateau, aux confins du pays, dans le but de trouver de nouveaux plants, accompagné par la duchesse, son frère et un médecin renommé.
Mais les mystères s’épaississent.
Pourquoi l’ombre de son oncle Erasmus, dernier mage connu, le hante t-il, et pourquoi certains endroits lui font un tel effet ? Au delà de l’énigmatique plante, un autre monde, pratiquement oublié, fait de magie, semble émerger.
De mises en garde en découvertes, Tristam, qui se veut empiriste et cartésien, sent qu’il perd peu à peu ses certitudes pour des zones d’ombres qui lui font peur, et des révélations qu’il n’est pas près à entendre. Qu’est-il donc et que va-t-il devenir ?
D’un style clair et agréable à lire, Sean Russel nous entraîne dans une aventure faite de rebondissements , dévoilant quelques pièces du puzzle à chaque chapitre.
Aventure mais aussi quête initiatique et réflexions sur le monde et la nature, la vieillesse et le pouvoir, le livre oscille entre actions et pensées.
Les personnages sont psychologiquement travaillés, les rebondissements savamment dosés, même si les passages sur le bateau sont un peu longs.
Un deuxième volume est prévu, intitulé « une mer sans rivage », qui apportera la clé et le dénouement du mystère de Tristam et de la foliée royale.
Dans ce premier tome, laissant l’imagination du lecteur vagabonder autour du récit, puis le reprenant pour poursuivre l’histoire, l’auteur traite à petites touches une fantasy subtile et raffinée, loin des monstres et des trolls mais bien plus près de la noirceur de l’âme humaine.

 

Chronique de Jean-Pierre ‘931’ Binet

ÉditeurL’Atalante
AuteurSean Russell
Pages575
Prix23€

Nous en pensons ...

Notre avis

4.0

Les personnages sont psychologiquement travaillés, les rebondissements savamment dosés.

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.