« Six mois, trois jours » de Charlie Jane Anders

Ce petit recueil propose six nouvelles. On commence avec Notre modèle économique ? Le paradoxe de Fermi. Ce fameux paradoxe, énoncé par un physicien italien, peut se résumer par : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? ».

Charlie Jane Anders donne une réponse très personnelle, pleine d’ironie dans un texte qui accroche le lecteur. Comme neuf a pour héroïne Marisol, une écrivaine qui s’est réfugiée dans une super panic room lors des évènements qui ont conduit à la destruction du monde. Seule survivante, elle découvre, en s’aventurant à l’extérieur, une bouteille avec un génie à l’intérieur. Quels vœux formuler, et surtout comment, alors qu’elle se retrouve seule, sur une planète totalement dévastée ? Agréable variation sur ce thème bien connu.

Ton grinçant pour la nouvelle suivante, Interstat, où Emmy et ses frères et sœurs se rejoignent chez leur père, qui va mourir. Le vieil homme, scientifique particulièrement doué, a passé sa vie à modifier son corps pour l’optimiser. Chacun·e spécule sur le morceau dont il·elle va hériter ! Ambiance morbide et mesquineries au menu !

Avec Cartographie des morts soudaines, l’autrice propose un mode de voyage temporel particulièrement original, mais le récit est desservi par son format trop court : les implications de cette idée sont si riches que l’on reste sur sa faim.

Six mois, trois jours, qui donne son titre au recueil, a reçu le prix Hugo. Mérité, sans conteste, pour un texte très poétique, mas qui ouvre sur des interrogations profondes. Doug, qui lit l’avenir, rencontre Judy, qui prédit tous les futurs possibles. Comment ces deux-là peuvent-ils vivre une histoire d’amour, alors que Doug sait quand et comment elle se termine, tandis que Judy fait tout pour l’éviter, en cherchant à privilégier d’autres chemins. Peut-on fléchir le destin, choisir son avenir ? La connaissance que l’on en a annihile-t-elle les choix ?

Enfin, Trèfle renoue avec un ton plus léger, en racontant l’histoire d’un couple gay à qui l’on propose d’adopter un chat qui leur procurera neuf ans de bonheur. Neuf ans, c’est déjà bien, non ? Surtout dans un monde où être homosexuel n’est pas vraiment facile. Attention toutefois, ce que l’on vous donne dans la vie n’est jamais gratuit !

Ce recueil est une belle opportunité pour découvrir une autrice de talent, nouvelliste au style attachant et poétique, dont les thèmes résonnent de façon très actuelle !

Chronique de Sylvie ‘822’ Gagnère 

Nous en pensons

Notre avis

4,0

Ce recueil est une belle opportunité pour découvrir une autrice de talent, nouvelliste au style attachant et poétique, dont les thèmes résonnent de façon très actuelle !

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« Stephen King à l’écran » de Ian Nathan

Ian Nathan, célèbre critique de cinéma londonien, officiant entre autres pour The Times ou The …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.