Accueil » Chroniques de livres » « S’il te plaît, Efiline, dessine-moi une Licorne » de Lucy W. Owl

« S’il te plaît, Efiline, dessine-moi une Licorne » de Lucy W. Owl

S il te plaît Efiline dessine-moi une Licorne de Lucy W. OwlTristan, le héros de l’histoire, est un petit garçon de huit ans doué d’une insatiable curiosité. Quand ses parents, les Pommerose, s’installent dans un charmant chalet, l’enfant ne tarde pas à explorer le bois des Yeuses tout proche. Il y rencontre Celagorn qui vit perché dans un arbre. L’Efiline, esprit poète et gardien des arbres, sculpte pour son ami une petite licorne en bois, ce qui déclenche l’ouverture de la porte entre le monde des humains et le monde invisible, ainsi que le réveil de la Dame Verte, endormie depuis la mort de son époux, le Roi de Faëry. Dès lors, toutes sortes d’êtres surprenants envahissent le jardin potager des Pommerose pour le plus grand bonheur de Tristan : l’Émule ressemblant à une barbe à papa, un Élémental qui prend plaisir à jouer des tours aux humains, un Korrigan et sa fille Banshee… Sans oublier Frère Cléodule qui a perdu, en errant dans les bois, son monastère et sa mémoire. Il installe son ermitage au bout du clos et fait profiter tout le monde de ses tisanes. Tout irait bien si des bûcherons ne venaient massacrer la forêt, ce qui déchaîne la colère meurtrière de la Dame Verte. Ne va-t-elle pas devenir aussi une menace pour Tristan et sa famille ? L’Efiline parviendra-t-il à les protéger ?

Ce conte plein de charme et de drôlerie mêle allègrement la réalité d’aujourd’hui, les mythes celtiques, les clins d’œil aux dessins animés et à la littérature enfantine, au Petit Prince ou à L’Enfant d’éléphant. Nous suivons pas à pas l’itinéraire de Tristan dans sa découverte de la vie : les mystères de la nature, la fascination et la peur de l’inconnu, la complicité de l’amitié, la douleur d’aimer et d’être séparé de ceux qu’on aime, l’angoisse de grandir et d’entrer dans le monde des adultes. Ce roman d’apprentissage peut plaire à la fois aux petits et aux grands. Il invite à garder à tout âge la capacité d’émerveillement de l’enfance, de la poésie, des contes et des rêves. Saint Éxupéry avait dédié Le Petit Prince à son ami « quand il était petit garçon », car « toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants (mais peu d’entre elles s’en souviennent). » Lucy W. Owl pourrait dédier ce livre aux grandes personnes qui se souviennent d’avoir été des enfants…

 

Chronique de Marie Renée ‘1366’ Lestoquoy

ÉditeurPresses du Midi
AuteurLucy W. Owl
Pages 364
Prix20€

Nous en pensons ...

Notre avis

4.3

Ce conte plein de charme et de drôlerie mêle allègrement la réalité d’aujourd’hui, les mythes celtiques.

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.