Accueil » Chroniques de livres » « Roma Mater » de Karen et Poul Anderson

« Roma Mater » de Karen et Poul Anderson

Roma Mater de Karen et Poul AndersonLa légende bretonne de la ville d’Ys a inspiré plus d’une variante, de celle du Barzaz Breiz de T. Hersart de La Villemarqué (1839) aux Écluses du ciel (BD de Rodolphe et Michel Rouge) en passant par Rampe, ombre rampe d’Abraham Merrit. Poul et Karen Anderson en ont donné leur propre version sous le titre Le Roi d’Ys, publiée en quatre volumes de 1986 à 1988. Ils ont situé la légende dans un cadre historique précis sur lequel ils se sont solidement documentés. Ils se sont même rendus sur les lieux pour mieux s’imprégner des paysages.

Le premier tome, Roma Mater, débute vers la fin du 4e siècle de notre ère, alors que l’Empire romain est en butte aux invasions barbares. Après avoir repoussé une attaque des Pictes des Hautes-Terres et des Scots venus d’Irlande, Maxime, commandant en chef de la province de Bretagne (l’actuelle Angleterre), veut se faire proclamer empereur d’Occident. Pour protéger ses arrières, il envoie le centurion Caius Valerius Gratillonius à Ys comme préfet, avec mission d’assurer la paix en Armorique. Bien des surprises attendent l’envoyé de Maxime dans cette ancienne colonie de Carthage, fondée avant l’arrivée des Celtes, fédérée à Rome par Jules César, mais qui a pris ensuite ses distances avec la Ville et sur laquelle courent bien des rumeurs. Gratillonius – que les Ysans ne tardent pas à appeler Gradlon – est le pivot du récit. Il découvre peu à peu la ville fabuleuse, ses neuf reines sorcières et ses intrigues politiques. Comment va-t-il concilier sa loyauté envers Rome et Maxime avec les intérêts d’Ys et de ses habitants qui ne lui font qu’à moitié confiance ? Autre sujet de friction : Gratillonius est fidèle au culte de Mithra, ce qui le met en contradiction à la fois avec le christianisme devenu religion impériale et avec le culte local (syncrétisme des divinités carthaginoises et celtes). Enfin, il doit compter avec la menace des raids irlandais dirigés par le roi Niall maqq Echach, soutenu par la déesse Morrigu.
Dans ce tome d’exposition, se mettent en place les personnages clés et les enjeux. La reconstitution de toute une époque l’emporte ici sur l’action. Vivement la suite des événements avec Les Neuf Sorcières.

 

Chronique de Marie-Renée ‘1366’ Lestoquoy

ÉditeurLe Livre de poche
AuteurKaren et Poul Anderson
Pages 578
Prix7,50€

Nous en pensons ...

Notre avis

4.0

La reconstitution de toute une époque l’emporte ici sur l’action.

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.