Accueil » Chroniques de livres » « Morwena » de Jo Walton

« Morwena » de Jo Walton

Si vous adorez la science-fiction, la lecture en général et que pour vous la magie et les fées existent, alors ce roman sensible et passionnant va vous combler.

Morwenna, 15 ans, galloise, intègre en septembre 1979 l’école privée pour filles d’Arlinghurst où l’a inscrite son père, dont elle vient tout juste de faire la connaissance, ainsi que de ses trois tantes. Après avoir survécu à un terrible accident qui a coûté la vie à sa sœur jumelle, Morganna, et l’a laissée boiteuse, elle a fui sa mère, une sorcière folle qui veut régner sur le monde. Elle découvre en son père un lecteur de science-fiction tout aussi passionné qu’elle. Mais l’école s’avère un calvaire. Tout y repose sur la compétition entre équipes et sur une hiérarchie sociale fondée sur les marques extérieures de richesse. La nourriture est infecte. L’uniforme complète son sentiment d’être prisonnière. Très seule, déracinée, coupée de sa famille et de ses vallées galloises, elle se réfugie dans les livres et dans les bibliothèques, celle de l’école d’abord, puis celle de la ville. Ses excellents résultats scolaires n’empêchent pas les humiliations. Pire, les fées locales sont rares et refusent de lui parler. Pour couronner le tout, sa mère parvient à la retrouver et lui envoie des lettres maléfiques, avec des photos de Morganna où elle-même a été soigneusement brûlée. Une nuit, sa mère parvient même à l’immobiliser durant quelques minutes atroces. Morwenna décide de se protéger grâce à la magie, mais ne peut résister à la tentation d’invoquer un karass, un cercle d’amis, pour avoir enfin quelqu’un à qui parler. Le lendemain, le bibliothécaire de la ville l’invite au cercle de lecture qui réunit tous les mardis soirs de fervents lecteurs de SF…

Ce roman est un petit bijou, qui réussit aussi bien à nous décrire les sociétés anglaise et galloise des années 1970, la vie en pensionnat à cette époque, une magie évanescente et insaisissable – qui peut très bien être interprété de manière rationnelle comme un ensemble de coïncidences –, et l’intériorité d’une jeune fille blessée et différente des autres, brillante et sensible, lectrice boulimique et passionnée de sciences – une surdouée, comme on disait encore il n’y a pas si longtemps. Grâce à un récit en forme de journal intime, le lecteur est aux premières loges pour partager ses questionnements, ses émotions, ses pensées et vivre tout ce qu’elle traverse.

Jo Walton s’appuie sur le folklore gallois et sans doute sa propre expérience pour réussir le tour de force d’inscrire la rationalité (et une bibliographie SF conséquente !) dans un roman qui relève du réalisme magique aussi bien que de la satire sociale et du récit d’éducation. La magie et les fées nous entraînent en Fantasy, tandis que leur nature même et le cadre réaliste nous plongent dans une ambiance plutôt fantastique. Mais surtout, c’est la finesse et la profondeur du personnage de Morwenna qui nous touchent. Ce n’est pas un hasard si ce livre a été récompensé par les prix Hugo, Nebula et le British Fantasy Award. Ne passez pas à côté !

Nous en pensons ...

Notre avis

4.7

Ce n’est pas un hasard si ce livre a été récompensé par les prix Hugo, Nebula et le British Fantasy Award. Ne passez pas à côté !

User Rating: Be the first one !

A propos de François

François
Infatigable, inaltérable, François est responsable des ateliers d’écriture du Club Présences d’Esprits depuis 1998. Ses relations privilégiées avec les auteurs lui permettent de parfaitement connaitre cet univers. Il a aussi commis et participé à quelques anthologies dont le Club n'est pas peu fier, et se retrouve régulièrement de l'autre côté avec quelques nouvelles publiées.

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Un commentaire

  1. @BluejoWalton I love the name Morwenna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.