« Les tripodes » de John Christopher

Dans un futur pas si lointain, les grandes cités tombent en ruine, solitaires et abandonnées, car les hommes vivent désormais à la campagne ou dans de petites bourgades. Plus d’électricité, plus de transports, une vie simple et heureuse. Et cela depuis l’apparition des Tripodes.

Tous les ans, une grande Cérémonie est organisée pour les jeunes adolescents de 14 ans en présence d’un Tripode qui, en fin de journée, les emporte. Quand les jeunes gens reviennent, ils sont coiffés d’une résille d’argent et prennent officiellement leur place d’adultes dans la communauté, prêts à servir les Tripodes sans jamais remettre en question leur autorité.

Pourquoi alors le jeune Will n’est il pas heureux et impatient de ce sort qui lui est promis ? Dans sa tête, des questions se bousculent. Son meilleur ami Jack s’en posait aussi et il lui a parlé des grandes cités et des merveilles qu’elles recèlent. Mais il vient d’être coiffé, et ne se pose plus aucune question.

Pourtant la Cérémonie échoue avec certains humains  : ils ne semblent pas supporter d’être coiffés, leur esprit devient instable et ils se mettent à errer de village en village. Ils deviennent des Vagabonds. Et quand un Vagabond se présente, Will ne peut s’empêcher de l’écouter : il existerait une communauté, très loin dans les Montagnes Blanches, regroupant des rebelles non-coiffés.

La tentation est forte, très forte, de s’enfuir pour échapper à la cérémonie et tenter de les rejoindre. Mais Will n’est pas seul à souhaiter partir : Henri, un autre garçon du village avec lequel il a eu maille à partir, le contraint à accepter sa compagnie. En route, ils rencontreront Beanpôle qui lui aussi souhaite rejoindre les Montagnes Blanches.

Mais ce ne sera pas le but ultime de leur voyage, car les Rebelles veulent libérer la Terre de l’emprise des Tripodes et pour cela, il leur faut pénétrer dans une de leurs cités, d’où aucun humain n’est jamais ressorti, pour trouver une faille qui permettra de les combattre.

Si l’histoire n’est pas d’une originalité folle, elle est pourtant intéressante et bien construite, avec suffisamment de rebondissements pour maintenir le lecteur en haleine tout du long des 612 pages. Et les personnages sont vraiment attachants.

J’ai dévoré ce roman avec beaucoup de plaisir, cherchant au fil des pages, les indices géographiques permettant de suivre le parcours des jeunes héros.

Les Tripodes regroupe en un seul volume les 3 tomes de la « Trilogie des Tripodes » publiés pour la première fois en 1967 et 1968, puis réédités par l’École des Loisirs en 1987 : Les Montagnes blanches, La Cité d’or et de plomb et Le Puits de feu. Cette trilogie a été écrite par Sam Yound, alias John Christopher, un écrivain anglais de science-fiction. Elle est destinée à un public young adult, mais peut aussi être lue avec plaisir par un public plus âgé.

Chronique de Michelle ‘1642’ Gagnère

Nous en pensons

Notre avis

3.7

Si l’histoire n’est pas d’une originalité folle, elle est pourtant intéressante et bien construite, avec suffisamment de rebondissements pour maintenir le lecteur en haleine tout du long des 612 pages. Et les personnages sont vraiment attachants. Ce roman est destiné à un public young adult, mais peut aussi être lue avec plaisir par un public plus âgé.

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« La Horde du contrevent » d’Alain Damasio

Rarement un roman de SF français aura autant fait parler que cette Horde du contrevent, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.