Accueil » Chroniques de livres » « L’École » – Anthologie dirigée par Timothée Rey (Parchemins et Traverses)

« L’École » – Anthologie dirigée par Timothée Rey (Parchemins et Traverses)

UL'école-Timothée Reyne anthologie sur l’école, chouette, me suis-je dit en la recevant, ça va être drôle d’être au boulot sans y être, ou bien en y étant, dans un boulot qui serait différent… Oups, pas très clair, tout ça, n’est-ce pas ? Je traduis : je travaille dans un lycée et je trouvais très amusant de me confronter à des écoles qui allaient sans doute s’avérer bien différentes du quotidien laborieux !

Dans cet ouvrage, en effet, 13 nouvelles et une préface, le tout consacré au thème de l’école. Commençons tout de suite par le sujet qui fâche : les 24 pages de la préface ! C’est long, c’est très long pour une préface, surtout quand le ton y est assez pompeux et que la moitié (au moins) de la chose est constituée de notes de bas de page, rendant le tout absolument indigeste. Je reconnais d’ailleurs avoir craqué avant la fin… Je suggère donc au lecteur peu désireux de perdre son temps de passer directement à la lecture des nouvelles, bien plus réussies.

On commence avec Hors-programme de Philippe Guillaut, un portrait assez drôle d’un enseignant comme on en a tous rencontré, si accroché à ses certitudes que même la fin du monde ne saurait le détourner de sa mission.

La nouvelle suivante reste dans la veine plutôt humoristique, lorsque Réjane Durand dans Une pédagogie appropriée nous conte les déboires d’une professeure aux méthodes un peu « particulières ». Toujours une fin assez drôle, mais dans la veine cynique, pour Travaux pratiques, d’Olivier Rouy, bien construite et bien écrite, qui renouvelle sans avoir l’air d’y toucher une idée déjà exploitée, mais ici assez bien mise en scène pour procurer un vrai plaisir de lecture.

On change radicalement d’univers avec Module Headshot, coefficient 5 de Philippe Morin, une nouvelle percutante, d’autant plus pour moi que le hasard a voulu que je la lise quelques jours après la tuerie de Newtown, laquelle lui donnait une dimension encore plus tragique.

La nouvelle suivante est comme « bisounoursée » par celle qui la précède et les doudous de la Doucarse académie de Yoan H. Padines ont un peu de mal à prendre leur place. J’ai bien apprécié aussi Session de rattrapage de Patrick Duclos, avec une vraie bonne idée d’école du futur.

L’anthlogie nous offre ensuite une petite plongée en SF avec Analyse linéaire intergalactique de Li-Cam, réjouissante aventure de deux élèves extraterrestres qui tentent de déchiffrer ce que fut l’espèce humaine, avant de mettre en garde les maîtres qui abuseraient de leur pouvoir : Ne réveillez pas le cancre qui dort d’Olivier Boyle porte bien son titre !

Enfin, je me dois de dire un mot sur En finir avec la plaie de l’absentéisme de Srédéric : sa méthode, pour radicale qu’elle soit, semble porter ses fruits… Sans doute vais-je regarder d’un œil nouveau la haie du lycée ! 1

Au final, on se retrouve là avec une anthologie de belle facture, les nouvelles sont assez inégales et certaines à peine dans le thème, mais l’ensemble se lit avec plaisir et réserve même de belles découvertes. Je décerne volontiers un accessit à la qualité des corrections, il n’y a pas (ou si peu) de coquilles, et cela devient assez rare pour être souligné ! Les Éditions Parchemins et Traverses peuvent s’enorgueillir de cette publication.

macaron_pde75Note :

  1. L’auteure de cette chronique est conseillère principale d’éducation…

Nous en pensons ...

Notre avis

3.6

Je décerne volontiers un accessit à la qualité des corrections, il n’y a pas (ou si peu) de coquilles, et cela devient assez rare pour être souligné ! Les Éditions Parchemins et Traverses peuvent s’enorgueillir de cette publication.

User Rating: Be the first one !

A propos de Syl

Syl
Fervente adepte des cultures de l'imaginaire (et des autres), curieuse de tout (et du reste), boulimique du verbe (qui a dit, mais pas que ?), enfin et accessoirement présidente du concours Visions du Futur (pots de vin acceptés).

Consulter aussi...

« Réalités, volume 1» – Anthologie des Éditions Realities Inc.

Spécialisée dans le format court, la jeune maison d’édition Realities Inc. propose, après Quantpunk, dont …

3 commentaires

  1. Hey ! Merci pour cette chronique, l’anthologie n’a été que peu commentée, aussi c’est plaisant de trouver une critique argumentée (encore plus quand elle est favorable).

    😉

  2. Mourad

    Et c’est une passionnée chevronnée qui a fait la chronique, sa valeur n’en a que plus d’importance 🙂
    Merci !

  3. Je persiste et signe, c’est une belle antho, avec vraiment des textes de qualité 🙂 Et j’en lis beaucoup! Idée de cadeau de Noël?? N’hésitez pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *