Accueil » Chroniques de livres » Le Vaisseau Cyborg de Anne McCaffrey et Margaret Ball

Le Vaisseau Cyborg de Anne McCaffrey et Margaret Ball

Le Vaisseau Cyborg de Anne McCaffrey et Margaret BallNancia est née dans un corps non viable. La technologie permettant de greffer le cerveau de ces nouveaux-nés pour piloter des machines complexes, elle se retrouve lancée dans l’espace aux commandes d’un vaisseau de la toute dernière génération. Sa première mission va consister à transporter quelques héritiers de grandes familles qui vont prendre en charge les postes qui leur ont été attribués. Mais ceux-ci semblent assez dévalorisants et très éloignés de ce à quoi ces jeunes gens auraient dû prétendre. Elle réalise rapidement qu’il s’agit d’une sanction à leur égard et que ses passagers sont prêts à tout pour s’enrichir. Nancia se trouve impliquée dans l’ensemble de leurs projets…

Anne McCaffrey est un écrivain fabuleux, qui nous a passionnés avec son cycle de Pern et ses chevaliers montés sur leurs dragons pour aller combattre les Fils. Ce roman est très loin d’avoir le même souffle. D’une idée intéressante il en ressort une histoire sans saveur, une intrigue quasi inexistante. Le lecteur est promené à travers des faits qui s’empilent les uns sur les autres sans véritables liens entre eux, comme lors de la lecture d’un catalogue. De l’ensemble des personnages ressortent Nancia et Forister, son équipier, dont les personnalités sont les seules à maintenir le lecteur sur le fil de l’histoire. Les autres, les enfants des familles agissent avec une absence d’originalité affligeante. A oublier.

 

Chronique de Alain ‘1351’ Leboutet

ÉditeurPocket
AuteurAnne McCaffrey et Margaret Ball
Pages 375
Prix7€

Nous en pensons ...

Notre avis

0.9

Une histoire sans saveur, une intrigue quasi inexistante.

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

« La Clef de Pandémonium » de Florent Balodis Delattre

Gilles-Jonathan Prosper, dit Johnny, guide de survie en forêt pour les touristes, pensait passer un bon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.