« Le roi de bruyère » de Greg Keyes

Le roi de bruyère de Greg KeyesAvant la publication en France de l’Âge de la Déraison (déjà chez Pocket), Greg Keyes était connu essentiellement pour ses romans de commande Star Wars. Né dans une famille de conteurs, il a vécu avec les indiens Navajos et a fait des études d’anthropologie.

Ce nouveau cycle se déroule dans un monde de type médiéval, avec ses princesses et hommes du peuple, ses créatures légendaires et ses combats à l’épée. Dans le prologue, les hommes, esclaves des Seigneurs Slaskoïs, réussissent à se libérer sous le commandement de la Reine-Née Génia Dare. Mais le dernier Slaskoï les avertit : avoir invoqué le pouvoir du sedos pour remporter cette victoire a attiré une malédiction sur les descendantes de la Reine et le monde.
Deux mille ans plus tard, pas de Slaskoï à l’horizon, mais le monde n’a connu aucune avancée technologique (signe indubitable que nous sommes bien dans de la Fantasy !) La jeune Anne, fille cadette du Roi de Crotheny, forte tête au caractère bien trempé, découvre par hasard le tombeau de la Reine ancestrale. Elle l’entrouvre, et voici que la noire malédiction se déclenche. Des créatures légendaires se mettent à apparaître à tous les coins de forêt, prélude à l’éveil du Roi de Bruyère.
L’histoire se concentre sur Anne, mais aussi sur Aspar White, forestier du roi, Stéphane Darige, jeune moine passionné de langues anciennes, et Neil MeqVren, parangon de la Chevalerie. De chapitre en chapitre, on suit l’un ou l’autre des protagonistes. Ceux-ci sont évidemment bourrés de qualités et l’intrigue est convenue. On devine que tout ce petit monde se retrouvera très bientôt pour sauver le monde…
Malgré ce classicisme, l’écriture et la construction permettent au lecteur même réticent de se prendre au jeu. Le Roi de Bruyère, premier tome d’une série, commence lentement et finit en apothéose. Bon voyage aux Royaumes d’Épines et d’Os !

 

Chronique de Florence ‘1437’ Cirio

Éditeur Pocket
Auteur Greg Keyes
Pages  774
Prix 10,91€

Nous en pensons ...

Notre avis

3.9

Le Roi de Bruyère commence lentement et finit en apothéose.

User Rating: Be the first one !

A propos de Richard

Richard
"Ça mériterait un bon coup de pinceau" que j'ai eu la folie de dire. "Tiens voila les clés" fut leur réponse. Voila comment on se retrouve webmaster chez PdE...

Consulter aussi...

« Le club des Punks contre l’apocalypse Zombie » de Karim Berrouka

Paris n’est plus que ruines. Et le prix de la cervelle fraîche s’envole. Heureusement, il …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.