Accueil » Chroniques de livres » « Interférences » de Connie Willis

« Interférences » de Connie Willis

Dans un futur pas si lointain, une intervention chirurgicale a été mise au point pour améliorer l’empathie dans le couple. Tous les amoureux en rêvent. Briddey Flannigan se réjouit quand Trent, son petit ami, lui propose cette opération avant leurs fiançailles : leur lien émotionnel s’en trouvera renforcé et ils n’auront plus de secrets l’un pour l’autre. Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu : bien malgré elle, Briddey se retrouve connectée à quelqu’un d’autre.

C’est plus qu’elle n’en peut supporter, surtout avec le stress déjà engendré par une famille obsédée par la communication, de jour comme de nuit. Mais ce n’est qu’un début. Les implications de ce qui lui arrive, qu’elle doit apprendre à gérer au plus vite, s’avèrent bien plus complexes qu’elle ne l’avait imaginé.

Certes, le scénario est cousu de fil blanc et l’on comprend très – trop ? – vite que le parfait Trent cache sans doute un vilain secret et que le vilain canard va se révéler être un beau cygne… Malgré tout, Connie Willis parvient à embarquer le lecteur dans son histoire. La faute à une galerie de personnages pittoresques dans la famille de Briddey : la sœur hystérique, la mère fureteuse, la tante envahissante et la nièce surdouée. La faute aussi à l’humour de l’auteure, qui fait sourire souvent, rire parfois, en se moquant gentiment des travers de ses héros. Et enfin à un art consommé du dialogue, qui donne des échanges savoureux et hauts en couleur ! Sans compter que le fond de l’histoire s’avère des plus actuels : être sans cesse connecté aux autres, est-ce finalement si bien ? Briddey évolue dans un univers où ne pas répondre à un message, se séparer de son téléphone est impensable ! Science-Fiction, vraiment ? Bien sûr, j’aurais apprécié une réflexion plus approfondie sur le sujet et un scénario plus resserré – on a parfois une impression de « délayage », mais c’est une lecture divertissante, qui fait passer un bon moment !

C’est – un peu – de la SF, c’est – beaucoup – de la romance, c’est – souvent – drôle et ça se dévore finalement comme un téléfilm au coin du feu !

 

Éditions Bragelonne
Collection Science Fiction
18 octobre 2017
504 pages – 25 €

"Nous en pensons"

Notre avis

3.5

C’est – un peu – de la SF, c’est – beaucoup – de la romance, c’est – souvent – drôle et ça se dévore finalement comme un téléfilm au coin du feu !

User Rating: Be the first one !

A propos de Syl

Syl
Fervente adepte des cultures de l'imaginaire (et des autres), curieuse de tout (et du reste), boulimique du verbe (qui a dit, mais pas que ?), enfin et accessoirement présidente du concours Visions du Futur (pots de vin acceptés).

Consulter aussi...

Pénombres n°6 : « Mondes virtuels, monde réel » – Association Transition

Alors que les cinq premiers numéros du fanzine Pénombres étaient imprimés, ce numéro 6 se …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.