« Fées, weed et guillotines  » de Karim Berrouka

La dernière fois que Jaspucine a mis un pied dans le monde des hommes, elle en a littéralement perdu la tête  : la Révolution française n’a pas été une période très profitable pour les créatures féeriques. Sauf pour Zhellébore, l’enfoirée qui l’a envoyée à l’échafaud.

La vengeance étant un plat qui se mange froid, Jaspucine est bien décidée à retrouver la traîtresse. Même si pour cela elle doit s’attacher les services d’un détective. Humain, le détective. Et du 21e siècle. Toutefois, à force de remuer ciel et terre, c’est sur une conspiration bien plus grande que la fée et l’enquêteur vont tomber.

Après les zombies sensibles à la musique (cf. Le Club des Punks contre l’apocalypse zombie in PdE no 92), voici les fées et autres créatures qui flanchent devant l’herbe-qui-faitrire. Autant vous dire que Karim Berrouka, fidèle à lui-même, embarque son lecteur dans une fantaisie débridée, parfaitement loufoque, totalement farfelue et délicieusement absurde !

Comme le détective Marc-Aurèle, on est d’abord un peu interloqué, parfois dubitatif, et puis on se laisse aller au plaisir de la lecture. Porté par l’écriture enlevée de l’auteur, qui peut sembler aussi foutraque que ce qu’elle raconte, mais relève en fait d’une maîtrise admirable, le lecteur ne se perd jamais dans cette drôle d’aventure.

La trame, pour improbable qu’elle soit, reste parfaitement cohérente, au bout du compte. Karim Berrouka réussit même l’exploit de caser là-dedans de vrais morceaux d’histoire, parfaitement intégrés. L’humour, souvent décapant, les dialogues, troussés avec art, les personnages, attachants et parfaitement campés (des gentils aux méchants, en passant par tous les entre-deux) font de ce roman un délicieux moment de plaisir.

Mais pas que… Ne dirait-on pas que se glisse incidemment une critique acerbe de notre société ? Thriller, polar, fantasy urbaine, l’objet est inclassable, sinon dans une catégorie : celle des livres à lire absolument !

Chronique de Sylvie ‘822’ Gagnère

Nous en pensons

Notre avis

4,5

Autant vous dire que Karim Berrouka, fidèle à lui-même, embarque son lecteur dans une fantaisie débridée, parfaitement loufoque, totalement farfelue et délicieusement absurde ! L’humour, souvent décapant, les dialogues, troussés avec art, les personnages, attachants et parfaitement campés (des gentils aux méchants, en passant par tous les entre-deux) font de ce roman un délicieux moment de plaisir. L’objet est inclassable, sinon dans une catégorie : celle des livres à lire absolument !

User Rating: Be the first one !

A propos de Christian

Christian
L'homme dans la cale, le grand coordinateur, l'homme de l'ombre, le chef d'orchestre, l'inébranlable, l'infatigable, le pilier. Tant d'adjectifs qui se bousculent pour esquisser le portrait de celui dont on retrouve la patte partout au Club. Accessoirement, le maître incontesté du barbecue d'agneau :)

Consulter aussi...

« La Horde du contrevent » d’Alain Damasio

Rarement un roman de SF français aura autant fait parler que cette Horde du contrevent, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.