Accueil » Chroniques de livres » « Chroniques Cruelles d’Hier et de Demain » de Boris Darnaudet

« Chroniques Cruelles d’Hier et de Demain » de Boris Darnaudet

La collection « Rivière Blanche » offre au regretté jeune auteur français Boris Darnaudet un recueil de trois romans, une novella et une dizaine de nouvelles, agrémentés d’une préface, de la présentation des textes par Philippe Ward et d’une postface par Serguei Dounovetz.

Chroniques de Don Emilio – La Colère des dieux aztèques est le premier roman proposé. Il s’agit clairement d’un hommage au Conan de Robert E. Howard (dont les aventures sont disponibles en 3 volumes aux Éditions Bragelonne). En lieu et place d’un barbare cimmérien, Boris Barnaudet imagine Don Emilio, un nobliau espagnol, forcé d’accompagner les conquistadores à la conquête des richesses mystérieuses du Mexique et autres contrées sauvages. À la différence de Conan, Emilio est doué pour la magie, en plus d’être un voleur. Ce sont donc plus ses aptitudes mentales de sorcier que ses qualités physiques de guerrier qui lui permettent de rester indemne au milieu des carnages. Car dans ce monde, la magie existe, les anciens dieux aussi et les sorciers y sont dotés de pouvoirs phénoménaux.

La première partie, en quatre petits chapitres-nouvelles, met Emilio en situation d’acquérir ses premiers pouvoirs et en obligation de partir en Amérique. Ce sont ces historiettes courtes, rapides, sans fioritures, qui rappellent les aventures de Conan. La seconde partie forme l’histoire complète de la recherche de l’immense pouvoir attendant dans la cité cachée de l’Eldorado et de la bataille de sorciers pour l’obtenir.

Ce court roman de 70 pages, tel un apéritif sympathique, encourage le lecteur découvreur à s’aventurer plus loin.

Le Sas, la première des nouvelles de SF, nous plonge dans l’effroyable quotidien d’un petit employé dont l’unique travail-vie consiste à réguler l’accès à un sas. La destination en est bien terrible !

Mille Milliards de New Yorks explore différents New York, à la fois très proches et très éloignés, dont certains habitants choisis vont vivre une expérience… particulière. Léger et finalement (un peu) grave et optimiste à la fois.

Le Dernier Métier s’ingénie à décrire un monde à peine futuriste où la réalité virtuelle n’est pas forcément plus certaine que la réalité ! Inquiétant !

Le second roman, Projet Obis, est en fait la première œuvre de Boris Darnaudet. Même si l’ensemble se tient bien, on décèle cependant de petites imperfections, comme cette obstination à varier les dénominations d’un personnage (Caution = le chauv = le super-soldat = le soldat chauve…). Dans un monde post-apocalyptique, Caution se réveille d’une stase, sans souvenir particulier. Il découvre donc ainsi son environnement en même temps que le lecteur. Darnaudet se sort plutôt bien de cet exercice désormais classique. D’autres personnages viennent compléter le tableau, permettant de nouer les fils d’une intrigue moins simple qu’elle ne le semblait. Les liens qui relient Caution, Ka Tau le meilleur agent de l’Ultime Alliance, l’archicommandeur Malleus sont loin d’être évidents. Au fur et à mesure des chapitres, le puzzle se met peu à peu en place, pour révéler à nouveau une bien terrible vérité.

Le pessimisme de l’auteur sourd peu à peu de ses œuvres. Dès lors, les deux dernières « annexes » confirment bien hélas l’effroyable dépression qui hantait Boris Darnaudet, maladie qui l’amena à mettre fin à ses jours, âgé d’à peine 25 ans, fin août 2015. Sa plume prometteuse laissait envisager à ses proches une voie littéraire évidente. Les lecteurs aussi en sortent troublés et désolés. Un recueil bien intéressant qu’il vous faut déguster.

Chroniques Cruelles d’Hier et de Demain
Boris Darnaudet
Éditions Black Coat Press – coll. « Rivière blanche »
312 pages – 18 euros

Nous en pensons...

Notre avis

Hommage au Conan de Robert E. Howard. En lieu et place d’un barbare cimmérien, Boris Barnaudet imagine Don Emilio, un nobliau espagnol

User Rating: Be the first one !

A propos de vincent

vincent
Tout autant amateur de SF que de Bourrée (3temps !), de Fantastique que de Violon, Vincent lit (comme on fait son) et visionne pour PdE avec un plaisir non dissimulé !

Consulter aussi...

« Le Sang des 7 rois » de Régis Goddyn (tome 1)

Dans un village au fin fond du Premier Royaume, deux enfants sont enlevés et quelques …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *