« Aucune étoile aussi lointaine » de Serge Lehman

aucuneetoileaussilointaineèsergelehmanOh ! Combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines…

Victor Hugo

Né en 1964, Serge Lehman n’en est pas à son coup d’essai. Auteur de la trilogie F.A.U.S.T. (F.A.U.S.T., Les Défenseurs et Tonnerre Lointain), décrivant – ou plutôt stigmatisant – une société ultra-libérale, mondialisée et inhumaine, il a fait également preuve de beaucoup de talent dans ses nouvelles (Nulle part à Liverion et L’Inversion de Polyphème). À cet égard, Serge Lehman appartient à cette nouvelle génération d’auteurs français de science-fiction qui s’attachent à combler le retard pris par la France dans ce domaine dans les années 80-90.

Moins politisé que F.A.U.S.T. et plus proche du space opera, Aucune étoile aussi lointaine décrit l’errance d’un prince qui a voulu être le dernier spationaute. Arkadih Tomekin est en effet le prince successeur du trône de la planète Murmank, perdue aux confins de la Voie Lactée et héritier d’une dynastie millénaire d’explorateurs. Elevé par son grand-père Pavel au milieu des légendes d’explorations spatiales, Arkadih décide de devenir un naute, un capitaine de vaisseau d’exploration spatiale. Or un jour, les ingénieurs du Troisième Omnium (grande confédération galactique) viennent installer sur Murmank le « toboggan », porte dimensionnelle permettant de voyager instantanément d’un monde à un autre. Au grand dam d’Arkadih, le « toboggan » rend obsolète les vaisseaux spatiaux… et les nautes ! Néanmoins, une mystérieuse voix le guide vers un ancien navire, l’Anubis, qui autrefois amena les hommes sur Murmank. Dernier naute, Arkadih se lance à la poursuite d’une mystérieuse machine, le Noyau, dont le principal objectif semble l’élimination de toutes les races pensantes. Une course-poursuite s’engage…

Que l’on ne s’y trompe pas : si le début semble classique pour un space opera, ce n’est qu’un jeu de miroirs littéraires que l’auteur utilise pour mieux abuser le lecteur. De coups de théâtre en rebondissements (souvent des histoires dans l’histoire), la quête d’Arkadih devient très métaphysique au point de concerner toutes les races intelligentes du cosmos, et même Anubis, l’intelligence artificielle du vaisseau. Aucune étoile aussi lointaine est à ranger de ce point de vue à coté de Dune ou de Radix, où la somme de chaque intrigue s’inscrit dans une quête quasi religieuse. Le second intérêt de ce roman réside dans la richesse des personnages. Chacun a un caractère propre (même les robots !), voire un sale caractère ! L’interaction entre un naute qui, de son propre aveu, « est une personne à qui l’on aime raconter des histoires », et les autres protagonistes extraterrestres, très bien décrits, prédomine sur l’action proprement dite. Au bout de ce livre reste un goût amer, celui de la nostalgie ; un regret de l’enfance, de ses légendes, de la marine à voile et de la solitude du voyageur. Promis. Un jour, je serai marin.

Chronique de Jean Cesbron Lavau

Éditeur J’ai lu
Auteur Serge Lehman
Pages  348
Prix 41F

Nous en pensons ...

Notre avis

4.2

Que l’on ne s’y trompe pas : si le début semble classique pour un space opera, ce n’est qu’un jeu de miroirs littéraires que l’auteur utilise pour mieux abuser le lecteur.

User Rating: Be the first one !

A propos de Mourad

Mourad
Participe au comité de lecture d'AOC (qui a dit pas régulièrement ?) et donne des coups de main sur le site ou sur tout un tas d'autres sujets (qui a dit c'est trop vague ?).

Consulter aussi...

« Lame damnée » de John Courtenay Grimwood

Encore une reprise, bienvenue, des Éditions Bragelonne (2011) en livre de poche. Le roman, certes, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.